Accueil > Fiches thématiques > Contraception et IVG

Contraception et IVG
(Mise à jour : mars 2012)

Contraception


Le terme «contraception» désigne l’ensemble des moyens employés pour provoquer une infécondité temporaire chez la femme ou chez l’homme, c’est à dire les différentes méthodes qui ont pour but d’éviter une grossesse.
Qu’elles agissent en bloquant l’ovulation, en empêchant la fécondation ou empêchant l’implantation d’un œuf, les méthodes contraceptives, à une exception près (méthode de stérilisation chirurgicale) sont réversibles et temporaires.

Une consultation médicale est nécessaire afin de choisir les moyens contraceptifs dans les meilleures conditions et d’obtenir une ordonnance (à l’exception des préservatifs).
Le médecin (médecin généraliste ou gynécologue) réalisera un entretien préalable à la prescription  afin de comprendre les attentes vis à vis de la contraception et réalisera un examen clinique qui lui permettra d’apprécier l’état de santé ; certains moyens de contraception comportant des contre-indications.
De plus, le médecin proposera un suivi régulier et adapté à la contraception prescrite.

Les mineures n’ont pas besoin d’une autorisation parentale pour accéder à la contraception chez tout médecin (loi du 4 juillet 2001).

Dans les CPEF (Centres de Planification ou d’Education familiale) pour les mineur(e)s et les personnes non assurées sociales, les consultations, les examens de laboratoire et les moyens de contraception sont gratuits et la confidentialité est assurée.

Les principales méthodes de contraception


- La pilule
Il existe un choix très large de pilules, ce qui permet de l’adapter au mieux à chaque femme.

Elles sont délivrées en pharmacie uniquement sur prescription médicale, ou dans les CPEF (Centres de Planification et d’Education Familiale). Certaines pilules sont remboursées en partie par l’Assurance Maladie. On peut également se procurer la pilule gratuitement dans les CPEF (quand on est mineure ou non assurée sociale).
C’est une méthode de contraception très fiable, à condition de ne pas l’oublier.

- Le DIU (dispositif intra-utérin) ou stérilet
Il agit en empêchant l’implantation de l’œuf dans l’utérus. Il est posé au cours d’une simple consultation, par le médecin généraliste ou le spécialiste.
Une femme sans enfant peut parfaitement se faire poser un stérilet. Le stérilet peut également être utilisé comme contraception d’urgence ou du lendemain (dans les 5 jours qui suivent un rapport non protégé).
Un DIU peut être retiré à n’importe quel moment, dès que la femme le désire par un médecin.
Il est délivré en pharmacie, uniquement sur ordonnance. Ils  sont remboursés en partie par l'Assurance maladie.

- L’implant progestatif
Petit bâtonnet posé sous la peau du bras, qui délivre en continu et petit à petit un progestatif ; il reste actif pendant  trois ans. Il se pose et se retire habituellement au cabinet du médecin.

Son effet contraceptif s’arrête aussitôt qu’on le retire. L'implant contraceptif est efficace à quatre-vingt-dix neuf pourcent.
L'implant est délivré en pharmacie, sur ordonnance d'un médecin. Il est remboursé en partie par l’Assurance-maladie. Il est également délivré dans les CPEF (Centres de Planification et d'Education Familiale).

- Le timbre (patch) contraceptif
Le patch est un timbre qui se colle sur la peau et qui contient une association similaire à celle d'une pilule combinée.
Il est changé une fois par semaine. Il doit être appliqué sur le ventre, sur les épaules ou au bas du dos (jamais près d'un sein). Pendant la quatrième semaine, il ne faut pas en mettre ; des saignements apparaissent. Il est conseillé aux femmes qui ont tendance à oublier leur pilule.
Il s’achète en pharmacie, sur ordonnance du médecin. Il n’est pas remboursé par l’Assurance-Maladie.

- L’anneau vaginal
Se pose dans le vagin, contient une association oestro-progestative qu’il diffuse pendant trois semaines ; à la fin de la troisième semaine, il est retiré. Un nouvel anneau est mis en place sept jours plus tard.
Il est délivré en pharmacie sur ordonnance du médecin. Il n'est pas remboursé par l’assurance-maladie.

Rappel : le préservatif est le seul moyen pour lutter efficacement contre les IST (Infections Sexuellement Transmissibles).  Il est à utiliser associé à une méthode contraceptive (pilule, DIU, implant,…).

On le trouve en pharmacie, dans les grandes surfaces et autres commerces, dans des distributeurs situés sur la voie publique, ou encore dans les CPEF (Centres de Planification et d’Education Familiale).  Ils sont en vente libre. Ils ne sont pas remboursés par l’Assurance-Maladie, en revanche certaines mutuelles proposent une prise en charge forfaitaire.


Pour connaître toutes les méthodes contraceptives, consultez le site Choisir sa contraception

La contraception d’urgence (ou pilule du lendemain)


La contraception d’urgence hormonale est une méthode «de rattrapage», utilisée après un rapport sexuel non ou mal protégé. Il ne s’agit pas d’une méthode de contraception régulière.

Elle se présente sous forme d'un comprimé, une dose unique de lévonorgestel qui est un progestatif.
Il faut prendre le comprimé le plus tôt possible car l’efficacité est d’autant plus élevée que le comprimé est pris rapidement après le rapport non ou mal protégé.
Deux pilules du lendemain existent actuellement sur le marché : l’une peut-être prise jusqu’à 72 heures (3 jours) après le rapport non ou mal protégé ; l’autre jusqu’à 5 jours après le rapport à risque.

La « pilule du lendemain » peut être achetée en pharmacie avec ou sans ordonnance. Son coût est d'environ huit euros. Elle est remboursée si elle est prescrite par un médecin ou une sage femme.
Elle est délivrée gratuitement aux mineures en pharmacie, dans les CPEF (Centres de Planification et d’Education Familiale), et par les infirmières scolaires des collèges et lycées.

Interruption volontaire de grossesse (IVG)


Une IVG peut être demandée par toute femme estimant que sa grossesse la place dans une situation de détresse.
L’intervention peut être pratiquée jusqu’à la fin de la 12ème semaine de grossesse, soit 14 semaines après le début des dernières règles.

L’IVG est réalisée par un médecin, et précédée de deux consultations médicales obligatoires et d’une consultation psychosociale, facultative pour les personnes majeures. Un délai d’une semaine entre les deux consultations est obligatoire.
La méthode, médicamenteuse ou chirurgicale, est choisie par la femme et le médecin en fonction notamment du terme de la grossesse, de l’âge de la femme et de son état de santé.

Les IVG sont pratiquées dans un établissement de santé public ou privé autorisé.

Toutefois, les IVG médicamenteuses réalisées dans un délai maximum de 5 semaines de grossesse (soit 7 semaines d’aménorrhée) peuvent désormais être pratiquées dans un cabinet de ville par les gynécologues et certains médecins généralistes justifiant d’une expérience professionnelle adaptée.
Les consultations médicales à effectuer sont celles prévues pour toute IVG médicamenteuse et la  prise des médicaments par la femme est effectuée en présence du médecin lors de ces consultations.
Pour en savoir plus, consultez :
- L’IVG par méthode médicamenteuse en villeMinistère en charge de la santé
-
Interruption volontaire de grossesse par méthode médicamenteuse. Recommandations de bonne pratique - Haute Autorité de Santé, octobre 2010


Toutes les femmes, qu’elles soient majeures ou mineures, peuvent accéder à une IVG. Les démarches des majeures et des mineures comportent cependant quelques différences.
Pour connaitre ces démarches, consultez : Interruption volontaire de grossesse. Dossier Guide - Ministère en charge de la santé 

Prise en charge médico-sociale


Des organismes existent qui peuvent apporter des informations et une aide dans les démarches

Les centres de planification ou d’éducation familiale (CPEF) (Planning familial)


Ils assurent des consultations de contraception, des actions individuelles et collectives de prévention portant sur la sexualité et l’éducation familiale, des entretiens préalables à l’interruption volontaire de grossesse (IVG) et des entretiens relatifs à la régulation des naissances dans les suites d’une IVG. Ils organisent en outre des séances de préparation à la vie de couple et à la fonction parentale, et des entretiens de conseil conjugal.

Pour les mineurs, ou les non- assurés sociaux, le dépistage du VIH, le traitement, la consultation médicale, la délivrance de moyens de contraception (pilule, stérilet...), les examens complémentaires, le suivi sont gratuits.
Certains centres de planification assurent le dépistage et le traitement des infections sexuellement transmissibles (IST).

- Coordonnées des CPEV en Rhône-Alpes

- Annuaire des CPEV

Les établissements d’information, de consultation et de conseil familial.


Ils réalisent des entretiens préalables à l’IVG et remplissent au moins deux missions parmi les missions suivantes :
  • un accueil, une information et une orientation de la population sur les questions relatives à la fécondité, la contraception, la sexualité et la prévention des infections sexuellement transmissibles,
  • des séances de préparation des jeunes à la vie de couple et à la fonction parentale par des actions individuelles ou collectives,
  • un accueil et des conseils aux personnes en situation difficile du fait de dysfonctionnements familiaux ou victimes de violence.
Coordonnées par département

Les missions locales


Les Missions Locales se sont développées pour organiser localement une intervention globale au service des jeunes. Elles constituent  un réseau placé au cœur des politiques publiques d’insertion des jeunes.

Annuaire des missions locales en Rhône-Alpes 

 

 

Les permanences téléphoniques régionales


Le Ministère chargé de la santé a créé en 2000 une permanence téléphonique d’information sur la contraception et l’IVG dans chaque région. Confiées à des associations habilitées à traiter des problèmes de maîtrise de la fécondité ou à des établissements de santé, elles assurent une double mission :
  • l’information du public en réponse à toutes questions relatives à la contraception ;
  • l’aide aux démarches, et l’orientation des femmes souhaitant accéder à une interruption volontaire de grossesse
Coordonnées des permanences téléphoniques

Voir aussi

Ressources

Adresses


Outils pour votre patient :


Outils pour vous aider :


Numéros Verts


  • 0 800 105 105  Ecoute Sexualité Contraception pour le Sud de la France (Mouvement français pour le planning familial)
    n° Vert gratuit et anonyme depuis un poste fixe
    Du Lundi au Vendredi de 9h30 à 19h30. Samedi de 9h30 à 12h30

  • Fil Santé Jeunes
    Depuis un fixe : 32 24 (appel gratuit)
    (tous les jours de 8H à minuit)
    Depuis un portable : 01 44 93 30 74 (coût d’un appel ordinaire)

  • 0 810 810 74 (numéro azur) Permanence téléphonique en Rhône-Alpes du Mouvement français pour la planning familial
    Du lundi au vendredi de 12h00 à 18h00
    Répondeur en dehors de ces horaires.

Références bibliographiques


Sources


  • Ministère de la Santé - INPES